Vendredi lecture : La valeur de X par Poppy Z Brite #culturajubile

Classé dans : Mode | 5

Poppy Z brite, vous connaissez ?

C’est un auteur Américain que j’ai découvert au lycée.

Et oui il y a de cela quelques années déjà.

Et je peux vous dire que le monde était différent et moi aussi.

Déjà on avait pas tous accès à internet comme maintenant

donc croyez moi ou pas mais c’était moins une poubelle que maintenant.

A l’époque j’étais ce que l’on pouvait appeler une gothique ou goth.

J’avais les cheveux noirs et longs, des habits noirs et un maquillage bien appuyé.

J’allais en soirée a la péniche Concorde, aux caves Saint Sabin ou au château de Vaux le Penil.

Je traînais aux Furieux, au Katabar et au Grouft.

Bref depuis tous ces lieux ont fermés ou ont changé.

Mais de cette période là il me reste mon goût pour les musiques dites extrêmes

et aussi pour la littérature.

Car en vrai on ne change pas une équipe qui gagne, non ?

Mais revenons à nos moutons et à mon auteur fétiche.

Poppy Z Brite :

Poppy Z. Brite, né Melissa Ann Brite le 25 mai 1967 à La Nouvelle-Orléans,

est un auteur américain.

Aujourd’hui, en tant que transgenre,

il se fait appeler Billy Martin mais peu importe, hein ?

Au début de sa carrière, Brite fut d’abord remarqué pour ses romans

et nouvelles d’horreur

et de fantastique inspirés en partie par le mouvement gothique et le splatterpunk.

Ses marques de fabrique étaient l’utilisation d’hommes gays

comme personnages principaux, la description crue d’actes sexuels

ainsi que le traitement froid et distant d’actes choquants.

Certains de ses romans les plus connus de cette période sont Âmes perdues (1992),

Sang d’Encre (1993) et Le Corps exquis (1996);

il a également publié des recueils de nouvelles :

Contes de la fée verte (1993), Self-Made Man (1998),

Wrong Things (avec Caitlín R. Kiernan, 2001),

et Petite cuisine du diable (2003).

Il a également écrit une biographie de la chanteuse Courtney Love (1996),

qui bien qu’officiellement non autorisée,

a été faite à la suggestion de Love et avec sa coopération.

À la fin des années 1990 et au début des années 2000,

il s’est détaché de la fiction d’horreur tout en continuant à écrire

sur des personnages gays (mais plus réalistes).

Ses romans acclamés par la critique Liquor (2004), Prime (2005)

et Soul Kitchen (2006) sont des comédies d’humour noir

prenant place dans le milieu des restaurants de La Nouvelle-Orléans.

(Brite a vécu avec le chef cuisinier Chris DeBarr jusqu’en 2011 ;

il vit aujourd’hui avec l’artiste et photographe Grey Cross).

Son roman court The Value of X (2002) décrit le début de carrière des protagonistes

de la série Liquor –Gary « G-Man » Stubbs and John « Rickey » Rickey;

d’autres histoires, dont plusieurs du recueil Petite cuisine du diable

et la novella à venir D*U*C*K,

chroniquent les événements de la vie des membres de la famille Stubbs au sens large,

un clan catholique profondément enraciné dans la culture traditionnelle

de La Nouvelle-Orléans.

Brite prévoit d’écrire au moins trois romans supplémentaires dans la série Liquor,

qui seront probablement nommés Dead Shrimp Blues, Hurricane Stew, et Double Shot.

En novembre 2006, Brite a signé un contrat avec Subterranean Press

pour publier un quatrième recueil de nouvelles intitulé Antediluvian Tales.

Brite a fréquemment déclaré que, bien qu’il autorisera toute adaptation filmée de son œuvre,

il n’a que peu d’intérêt pour les films

et n’est pas particulièrement impatient de voir son travail à l’écran.

En 1999, sa nouvelle « The Sixth Sentinel » (filmé sous le nom « The Dream Sentinel »)

composa une partie de l’épisode 209 de The Hunger,

une série d’horreur sans lendemain sur la chaîne de télévision câblée américaine Showtime.

De tous ses livres, seuls Âmes perdues a vu ses droits acquis, par le producteur Paul Natale.

Mon roman préféré de Poppy est celui ci :

Ames perdues ou l’auteur nous embraque dans un univers noir où les vampires profitent de leur immortalité

afin de s’adonner à toutes les perversions et braver tous les interdits de la société puritaine américaine.

Un roman plein de force et de réalisme avec un caractère bien trempé.

Pour les adeptes de Ann Rice, sachez que les romans de Poppy sont moins aseptisés.

Ils sont en effet plus trash et les descriptions y sont presque cliniques.

C’est à la fois effrayant et fascinant.

blog-mode-nantes-la-valeur-de-x-poppy-z-brite

La valeur de X :

L’enseigne Cultura m’a fait parvenir cet ouvrage suite à un partenariat Instagram.

J’aurais pu me contenter de la photo mais j’ai eu envie d’en parler sur le blog.

Car l’auteur a changé, il a acquis de la maturité dans son écriture et a changé de registre depuis ses débuts.

Mais on retrouve la plume qui m’a fascinée à ses débuts.

Le résumé :

Amis d’enfance, Gary et Rickey deviennent amants à seize ans :

deux adolescents en lutte contre les normes sociales,

la réprobation de leurs familles et le machisme du restaurant où ils font leurs armes…

Le début des péripéties culinaires et amoureuses de Rickey

et G-man avant Alcool, La Belle Rouge et Soul Kitchen.

Avec une maturité apaisée et sans rien perdre de sa personnalité hors genre,

Brite signe un magnifique roman d’initiation et un portrait de sa ville plus intimiste,

lumineux et réaliste que jamais.

C’est un roman d’amour signé par Poppy.

Il ne peut donc pas être classique, ni sentimental, ni larmoyant.

Mais il est fort et l’écriture est très clinique, froide.

Le roman est simple à lire, sans fioriture.

On y suit la genèse de Gary et Rickey que nous avions connu plus âgés dans la trilogie liqueur, alcool et soul kitchen.

C’est une réussite.

Avec Poppy impossible d’être déçu !

Je vous recommande donc chaudement la lecture de cet ouvrage.

En plus c’est le plus soft de ses livres donc il est parfait pour commencer.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 Responses

  1. Bon j’avoue avoir une blinde d’ouvrages qui m’attendent LOL Cela va attendre un peu ^^

  2. Et pourquoi de l’huile au basilic ? 😉

  3. isabelle pinel

    Coucou,
    Merci pour cette belle présentation, un livre qui me plairai.
    Bonne journée ma belle.

  4. Bonjour.
    Je ne connaissais pas la vie de l’auteur. cela explique certainement pourquoi tous ces livres sont si singuliers…
    Je pourrais lire celui-là sans problème!
    Bon dimanche.

Laissez un commentaire